Les sites Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
Paris

L'Atelier des Lumières d'hier à aujourd'hui

1835 Création de la fonderie

La fonderie du Chemin-Vert est créée en 1835 par les frères Plichon, Jacques François Alexandre et Hilaire Pierre, pour répondre aux besoins de la marine et du chemin de fer pour des pièces en fonte de grande qualité. Les deux frères, issus d’une famille de maréchaux-ferrants, sont devenus fondeurs lors de la Révolution Industrielle.

L’usine occupe alors un terrain de 3 126 m2 et emploie 60 personnes. L’usine produisait des moulages de toutes pièces en fonte de fer sur plans et sur modèles jusqu’à 10 000 kg. La fonderie utilisait une fonte spéciale résistante, de qualité dite "Marin", à grande résistance au choc et à la traction. Les pièces fabriquées étaient ensuite utilisées pour la marine de guerre, les locomotives, les moteurs à explosion et à diesel.

1859 Le succès de la fonderie

Le 21 février 1859, Jacques François Alexandre transmet la fonderie à ses deux fils Jean et Edouard qui s’associent sous la raison sociale Plichon Frères. Edouard Plichon est un technicien reconnu par ses pairs. Il préside la Chambre syndicale des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs, puis est fait chevalier de la légion d’honneur.

Au décès de Jean en 1874, Edouard reprend seul la suite des affaires. En 1882, il ouvre une succursale, l’aciérie de Grenelle dans le 15ème arrondissement.

Quatre générations de Plichon se succèdent dans la fonderie et pendant une centaine d’années l’affaire est prospère.

1929 Fermeture de la fonderie

La crise internationale précipite la fin de l’affaire, déjà très concurrencée par la soudure, la forge et les premières matières plastiques. En 1935, la société est dissoute ; le terrain et les immeubles sont vendus à la famille Martin, les actuels propriétaires. Pendant 65 ans, la fonderie abrite une entreprise spécialisée dans la fabrication et la vente de machines-outils. La grande halle sert d’espace d’exposition pour ces dernières. En 2000 l’entreprise déménage.

2013 Redécouverte de la fonderie

Bruno Monnier, Président de Culturespaces, découvre l’ancienne fonderie inoccupée. Après avoir développé les Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence, il a l’idée de créer à Paris un centre d’art numérique. La famille Martin, séduite par ce projet, accepte de lui louer la grande halle et ses annexes.

Visuel : © Culturespaces / Plasticine

2018 Ouverture de l’Atelier des Lumières

Quatre ans plus tard, après d’importants travaux, l’Atelier des Lumières ouvre ses portes au public avec 3 expositions inaugurations : « Gustav Klimt » et « Hundertwasser » – réalisées par Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi – et « POETIC_AI », installation contemporaine proposée par le collectif Ouchhh.

Visuel : © Culturespaces / Nuit de Chine